Etain


Il m'a sauvée, je n'y crois pas. Il a risqué sa vie, il a dépensé des sous pour moi. Pourquoi ? Moi qui pensais n'être qu'une moins que rien, une bête sauvage sans valeur. Malgré mon savoir, malgré ma prétendue beauté, malgré ma fragilité, malgré tout ce qui fait de moi une esclave différente des autres, on m'a toujours fait comprendre que je ne valais rien. Qu'en un claquement de doigt, je pouvais disparaître et ne laisser derrière moi qu'un peu de poussière que le vent dissiperait en un souffle.

L'autre monstre me l'avait fait éprouver chaque seconde passée avec lui. Il régnait sur moi par la peur, la violence, la cruauté la plus vulgaire et la plus animale qu'il soit. Oui, j'étais à ses pieds et jamais je n'aurais osé le défier. Mais je ne me sentais plus femme, ma douceur se cachait et mes talents s'embrouillaient sous la panique. Je ne jouais plus. Je ne pouvais plus jouer. Sans affection. Terrorisée. Je n'étais même plus une kajira, j'étais cette créature réduite à n'être rien, cet être voué au néant qui se recroquevillait sur lui au moindre murmure, mes sourires étaient façades, mon rire était amer et tout ce que je faisais était effectué à contre cœur, sous le motif de la terreur.

J'avais perdu tout espoir et la mort hantait mon âme. Toutes mes pensées s'étaient tournées vers elle et je la voyais comme la seule issue. Et là, cet homme qui ne m'a même pas touchée, qui ne connait rien de mes talents, arrive et m'extirpe de cette fange comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Comme s'il était fier que je lui appartienne... Nathanael, non seulement vous m'avez rachetée sur le plan matériel mais en faisant ce que vous avez fait, c'est ma confiance, ma docilité et mon cœur que vous avez gagnés. Je ne sais pas combien il y avait dans cette bourse que vous lui avez tendue et j'ose espérer que ce que je vais vous donner en vaudra le prix.

Je m'appelle Étain Deütera, j'ai vingt six ans mais on dirait que j'en ai dix neuf et pour la première fois de ma vie, je suis amoureuse.